samedi 6 mai 2017

Dernier râle électoral



Une interviouve réalisée hier au soir, à brûle-pourpoint, par mon camarade Vincent Lapierre.

 Cher Félix, demain dimanche vous serez présent pour un nouveau direct d’ERFM, où avec Alain Soral et d’autres intervenants nous commenterons le résultat final de l’élection présidentielle. En attendant pouvez-vous nous donner votre avis sur le débat qui a opposé Marine Le Pen à Emmanuel Macron ?

 Marine fut bien plus véridique que le Macron, cela seul compte. Lui s’est marqué comme un histrion, fait pour briller dans les dîners en ville de la nouvelle inintelligentsia, sous-cultivée mais pétée de Thunes ! Là-dedans personne ne connaît la grande Culture Française mais s’extasie devant un plug anal place Vendôme, bien supérieur à la colonne, qui n’est qu’un grotesque symbole phallique du machiste Napoléon qui avait une petite bite.

 C’est amusant, vous dites exactement le contraire de Thierry Meyssan ! 

 Les grands esprits se rencontrent !

 Thierry Meyssan considère que « Emmanuel Macron est un esprit supérieur, bien plus intelligent que sa rivale, souvent charmeur, parfois cassant. Homme de théâtre, il maîtrise l’illusion. » 

Les comédiens brillent par leur esprit, il suffit de les écouter parler pour s’en rendre compte. D’ailleurs ils votent tous Macron.
 Macron intelligent c’est évident, mais un esprit supérieur faut pas charrier ! De cette sorte d’intelligence qui se mesure par Qi Qi ok, mais l’Esprit souffle du côté de Marine ! L’aisance du personnage, voire sa désinvolture qui fait penser à celle de Bertie Wooster, l’égocentrique personnage de Wodehouse, peuvent séduire. Mais il n’est pas charismatique, il fait « jeune premier », on peut tomber sous le charme, c’est une question d’orientation sexuelle.
 Ceci dit, si l’on en croit à la fois et Meyssan et votre dernier reportage, En Marche serait donc un rassemblement d’ânes bâtés dirigés par un Aigle !

 Quant à Marine Le Pen, Thierry Meyssan écrit qu’elle « ne dispose pas d’un esprit brillant capable d’éclairer des salons parisiens, mais d’un discernement clair qui lui permet instantanément d’éliminer la verroterie et les élucubrations ». 

Où M. Meyssan prend-il que ses « salons » pharisiens, seraient sensibles ou intelligibles aux éclairements de l’esprit ? Il se croit au XVIIIe siècle peut être. Dans les salons français de Mesdames de Tencin ou de Sévigné, où l’on cultivait les lumières de l’esprit et l’art de la conversation.

 Vous êtes souvent en désaccord avec les analyses de Thierry Meyssan ?

 Non, pas plus que ça. Il a raison de dire que Macron est intelligent, mais comme un élève de prépa convenablement doté. Qu’il touche sa bille en matière « d’économie » qui le niera ? Encore heureux il a été ministre ! Il donne pleinement satisfaction à ceux qui s’interrogent gravement sur sur la sortie de l’euro, la monnaie qui se rote !
Mais il ne s’agit pas de finir d’euroter, mais de sortir de la superstition économique !

 Qu’est-ce que la superstition économique ? 

 Qu’il n’y a pas une chose qui s’appelle l’économie ! Il y a la religion économique, le monothéisme du marché. Qui est le judaïsme pratique. C’est pour cette raison qu’il est allié objectivement au monothéisme métaphysique absolu : l’Islam. Les deux combattent pour le même substrat. Faire de la Terre une pouillerie, remplacer les classes exploitées conscientes par des populaces arriérées qui ne savent que crier et détruire.
 Leur monde est un égout sans fond où la vie triomphante sera définitivement celle du Rat. Par le pullulement et l’avidité insatiable.
 Par contre leur idéal ne s’accorde pas. Les uns veulent conserver les ténèbres désespérantes pour faire resplendir leurs consolations religieuses, les autres veulent les éclabousser de néons clignotants pour aveugler la conscience de son désespoir.

 Quand vous dites l’Islam, vous voulez dire l’islamisme ? 

 Oui, bien sûr ! Il faut être con comme un Charlie pour s’attaquer à une religion ! Qui est l’âme d’une race. Charlie Hebdo n’est pas anti-islamiste, mais anti-musulmans, ce qui est lâche et répugnant. Ils déplacent frauduleusement la question tragique de l’immigration sur celle de l’islam !

 Dans vos écrits l’immigration est pensée comme une tragédie, validez-vous le concept de Grand Remplacement ?

 La question n’est pas le remplacement par des « étrangers » venus du tiers monde, mais l’étrangeté d’un monde où l’on va devenir soi-même étranger dans son propre pays, où l’on va éprouver le déracinement chez soi, l’exil dans son pays natal.
 Cela s’est produit, et la révolte contre cette dépossession radicale a été baptisée : le Racisme. L’Arnaque absolue.
 L’horreur d’un tel mensonge et sa fondamentale duplicité résident dans la confusion de deux niveaux de la réalité. Il faut distinguer le niveau individuel, privé, et le niveau global, statistique. Le plan privé où l’on peut être plus ou moins xénophobe, et le plan global, politique, où l’on sait que l’on ne saurait sans dommage mêler des peuples séparés non pas par la couleur de la peau, ou la tessiture de la chevelure, mais par la religion, les mœurs, la nourriture, le caractère...

 Qu’est-ce qui vous différencie des identitaires à la Conversano ? 

 Mais l’analyse de cette dépossession de notre être générique justement ! Moi, je ne déteste pas les Arabes en soi. Dans leur substance. Pourquoi serais-je devenu comme ça ?
Je n’ai jamais pensé que la cause formelle de l’Immigration fût l’Islam, sa volonté conquérante. Mais le grand Capital.
 Quant à sa cause finale, c’est le sionisme international.

 Sur les rives du Jourdain, les vrais identitaires sont les Palestiniens !
Et ici les fourriers les plus intransigeants de l’immigration furent les organisations juives. Que l’on se souvienne que l’UEJF fut l’état-major de l’appel au secours du Racisme : « SOS Racisme ! »

 Pensez-vous qu’il y ait quelque chose à attendre de ces élections ? 

 Ce qu’il y a à en attendre c’est ce qu’a dit Thierry Meyssan dans l’article que vous m’avez lu. (Vous voyez que je fais la part des choses, que je ne porte aucune aucune prévention, mais seulement des jugements synthétiques a posteriori.)

 "Le gouffre qui sépare les deux France va continuer à se creuser et à s’élargir. Les citoyens qui souhaitent défendre l’Intérêt général, c’est-à-dire la République, n’ont d’autre choix que de s’organiser pour résister, derrière la cheffe élue de l’opposition, Marine Le Pen, et de se préparer à exercer le pouvoir. Ils doivent admettre que le temps de la courtoisie est fini et que la colère gronde."  On ne saurait mieux dire.
 Nous avons le choix entre la Peste et la Colère !

 Donc, pour une fois, des élections portent un enjeu réel ! 

 Un enjeu oui, mais une possibilité non ! Que l’enjeu soit capital n’est pas dû à la nature viciée du suffrage universel mais aux convulsions ultimes d’une société pourrie, quand la réalité déborde de partout, même dans le paysage légal. De la même manière que la décision du capital financier d’informatiser toute la planète a été détourné de sa destination strictement commerciale et de destruction des emplois, par le génie populaire.*[NOTE]
 Mais le caractère factice reste que la victoire de la candidate de la rupture authentique a été annihilée préventivement. Par celle du Sénateur ! Un grand nombre d’ouvriers et d’employés qui auraient voté Marine se sont rabattus sur lui parce qu’il y a un surmoi social écrasant, le poids des généalogies historiques. Idem chez de nombreux jeunes, acquis au FN, mais plus proche socialement parlant d’une radicalité moins historiquement problématique à leurs yeux.

 Précisons, le Sénateur, pour vous, c’est Mélenchon, qui fut plus 20 ans sénateur. 

 Oui. Je crois que sénateur quand on l’a été, on en conserve sinon le titre honorifique, du moins l’odeur de moisi. C’est une sinécure 100 % parasitaire réservée à ceux qui ont bien mérité de Oligarchie.

 Félix, irez-vous voter demain ? 

Ma nature politique c’est l’Abstention. Mais je vais faire exception.
 Mais vous savez, Vincent, il y a la Marine antivoile et ceux qui naviguent dessus aux vapeurs consensuelles !
 Quand on entend M. Aliot s’en prendre au Naulleau pour avoir « fait des livres avec des gens infréquentables ! » [SIC]
 —  Contre des gens infréquentables, protesta le filet de Naulleau tiède.
 —  Non non non avec ! C’est votre nom qui est à côté du sien ! ... Moi je l’ai fait condamner Alain Soral ! accuse l'Aliot ........ ad nauseam...
    Alors vous savez, y’aura pas de quoi se frapper la tête contre les murs non plus, si le bellâtre pour écoles de commerce vainc !

* [note] Si bien qu’Internet, l’internet pour tous, a échappé à la gestion centralisée de l’information pour devenir une véritable auto-organisation libre. Jusqu’à quand ?

2 commentaires:

Jimmy John a dit…

Fond et forme, nous touchons par endroits au sublime, sur la superstition économique, par exemple.



Sempiternel gala de remise des Césars de la Pensée avec les habituels intervenants.
Moïse : tout est loi
Jésus : tout est amour
Spinoza : tout est nature
Marx : tout est argent 
Freud : tout est sexe
Einstein : Je vous l'avais bien dit, tout est relatif !
Comme à l'accoutumée, la foule s'esclaffe.
Entre alors sur scène un trublion.
Hegel : Mais non mes amis ! Tout est lié. Regardez, tout s'imbrique à la perfection. C'est l'Histoire !
La foule : Oh ! Comme c'est beau ! Ca sert à quoi ?
Hegel : A ce que nous progressions, à ce que nous arrivions à la fin de l'Histoire.
La foule : C'est quoi ça, la fin de l'Histoire ?
Hegel : Bin, on aura un toit, l'état pour nous protéger, on priera Dieu. On sera enfin heureux !
Nietzsche : Putain ! Mais c'est que de la merde tout ça...
Julius : T'as trop raison Freddo, j'me casse d'ici !

Espérant vous avoir arraché un sourire, fut-il grimaçant, en ce sombre dimanche.

zig a dit…

comme je vous comprend Jimmy John !