mardi 20 novembre 2012

Coupure à l’UMP



Le Parti de la bourgeoisie française, par la voix de son nouveau maître, pourra dire comme le vieux Renan : Naphtoulé élohim niphtalti (j'ai lutté des luttes de dieu).
Certes, depuis longtemps, l’Union Matrimoniale des Plus-values était déjà cabalistiquement tombée dans l’escarcelle de Shylock, avec la clique des Santini, Balkany, Devedjian et autres Karoutchi, qu’on appelait par reductio ad Pasquaum, la mafia « Corse.»
Depuis la parenthèse Sarkozy elle avait même fait sa Bar Mitza, mais il lui restait tout de même un petit quelque-chose, quek'chose de trop François. On le lui a ôté enfin, carrément Coupé au sécateur.
Bourrer les urnes, couper les burnes au bougre, c’est du Kif. Et l’ex-Premier se retrouve comme un gland, à découvert, privé du manteau de pourpre de l’Érection.
 
  
Que les deux lobbys, pour parler comme Monsieur de Lesquen, marchassent la main dans…comme à la Fistinière, on le savait depuis longtemps. N’ont-ils peuple élu domicile en le même quartier, cette mare nostrum très réservée du Marigot ? Ils sont nés de la même Marâtre, se sont fortifiés à sa mamelle, subit de concert les décimations cruelles, et brillés, étoiles jumelles, au firmament jaune et rose des camps extrêmes des mines à Sion.
« Ah ! combien sont tombés, inhalant le Zyklon ! »
- Six selon les organisateurs, six millions selon l’immense historienne à la langue fourest, et pour la seule France, c’est dire si elle en contenait, « ils n’en étaient pas tous mais tous étaient tantés », chiffre qui ravale loin derrière les scores Olympiens des autres Holocaustes. 
Mais ces données quantitatives incontestables, ne doivent pas nuire à l’ordre qualitatif des préséances, sinon où irait-on, je vous le demande un peu.
Et Jean-François, tout Premier et Fils de la Veuve qu’il fut, devra l’apprendre à ses dépens, et relire la  Critique de la raison levantine : " Question élection, on ne saurait triompher d'un élu, car il est élu."

   Souhaitons que Monsieur le Maire de Bordeaux lui donne le bras en ce chemin de Damas : n’a-t-il pas lui même, su supporter avec abnégationisme, en tant qu'il fut ministre des affaires israéliennes de la France, de n'être que le modeste sous-traitant du marchand de langue de Bois précieux, Botul, lors de la Libération de la Libye ?
Allons un peu de modestie Jean-François.
« El xenófobo Copé gana en el caos de las primarias de la derecha francesa » lit on en gros titre dans El Pais, qui ne coupe pas son Copé au ciseau à dentelle.
Xenófobo : c’est comme ça qu’on dit au-delà des Pyrénées ?
Je ne sais pas assez les langues étrangères.
félix lechat
 

6 commentaires:

orfeenix a dit…

On l' a dans le Fillon... ( je sais c' est éculé...)

L'abbé Tymon de Quimonte a dit…

Voyons, ma fille !

Antan a dit…

À l'UMP Copé collé,
Fillon l'écarté.
L'élu l'est deux fois,
Voilà pourquoi.

Anonyme a dit…

Sion bat Fion... d'un poil !!!

Aldébaran a dit…

Vous devenez trop intimiste cher Félix, je ne pourrais malheureusement partager votre "post" avec ma belle mère, militante UMP, qui ne connait pas la Fistinière et qui croyais, jusqu'il y a peu, que les homosexuels ne s'enculaient pas dans les boites de nuit du Marais ... Pour vous dire comme elle aurait bien besoin d'une flagellation Célinienne .. Mais la Fistinière .. Vous parlez aux initiés. Bien à vous cher Maitre.

brebis gall a dit…

Le plus drôle faire passer le dromadaire bicéphale Copé (séfarade + achkénaze) pour un réac du terroir, ils ne manquent pas d'air...
par ailleus la petite Brebis baptisée Mina a dû changer de crèmerie/bergerie !
Cordialement !
http://labrebisgalleuse.blogspot.de/